Recommander Imprimer

« Le sens ne s’impose pas, il se cherche »

Xavier Nys, doyen d’Ath, pose un autre regard sur le triptyque de la transfiguration, trésor du patrimoine athois.

L’art est une invitation à l’accueil, à l’émerveillement, à la curiosité, au décentrement de soi. Il est intemporel.

Un jour, un artiste touché, ému, révolté, émerveillé a voulu exprimer son intériorité.

L’œuvre lève un coin du voile qui cache une intériorité qui ne peut que nous échapper, qui doit garder ce mystère et demeurer inaccessible.

Le sens de l’art

L’art est de l’ordre de la question toujours contemporaine du sens. Le sens ne s’impose pas, il se cherche. Se laisser interpeller par un être humain qui partage cette recherche peut nous emmener au-delà de nous-mêmes. Une œuvre peut nous toucher ou non. Elle nous touchera si elle rejoint nos interrogations, notre quête de sens, nos émotions.

L’art nous apprend à nous sortir de nous-mêmes pour nous ouvrir à l’autre. Il bouscule un monde où l’homme prétend être le centre, un monde qui croit avoir atteint le sommet de la civilisation. Si nous le laissons agir, il peut nous interpeller et nous bouleverser. Or notre civilisation occidentale est dans une impasse; elle est confrontée à ses limites et les questions de sens ressurgissent de plus en plus. Une œuvre d’art nous rejoint dans nos quêtes les plus profondes, les plus humaines.

Chemin personnel

Bien sûr nous n’avons pas les clés, nous n’avons plus les clés, mais n’est-ce pas là une chance de ne pas vouloir tout rationaliser, tout comprendre tout enfermer dans une explication, dans une somme de connaissances. Ne pas avoir les clés permet aussi de poser un regard neuf, dénué de préjugés. C’est une chance.

Il incombe ensuite à chacun de faire son chemin, sa recherche et à aller de découvertes en découvertes pour faire un pas de plus sur le chemin de sa propre quête de sens. Il n’y a pas de réponses toutes faites, de dogmes qui disent le sens auquel nous devons adhérer. Il y a la quête que nous partageons tous. Il est bon de ne pas avoir toutes les clés, nous risquerions de croire que nous avons tout compris. Lorsque nous avons tout compris d’une œuvre, cette dernière perd toute sa raison d’être à savoir une invitation à la quête de sens.

(Source: Journal l'Avenir)


Voir aussi

Ath: Un imposant et éclatant triptyque

 

  • Créé par
    Diocèse de Tournai